Coordination Sociale des Marolles de Bruxelles

Front Commun des SDF

Tél.: 0479/68 60 20

Courriel : frontcommunsdf@hotmail.com

Site internet : www.frontsdf.be

Activités

Le Front commun des SDF est une plate-forme de plusieurs associations d’anciens et d’actuels SDF en Flandre, Bruxelles et Wallonie. Elle s’est créee il y a 12 ans lorsqu’un groupe de SDF a commencé de manifester dans les rues de Bruxelles, car la loi leur permettant d’avoir des revenus, même sans domicile n’était ni applicable, ni appliquée. L’occupation du Château de la Solitude à Bruxelles et celle d’un ancien home du CPAS á Anvers par le DAK ont marqué un tournant décisif dans la bataille qui a aboutit à la création de l’adresse de référence pour les personnes SDF.

Aujourd´hui, nous continuons à relever les vides juridiques qui privent des gens à la rue de leurs droits et nous essayons de travailler les politiques. De même, lorsqu’il est flagrant qu’une ville ou qu’un CPAS en Flandre, en Wallonie ou à Bruxelles n’applique pas la loi, nous réagissons collectivement. Nous essayons également d’informer le plus largement les personnes concernées de leurs droits exacts (ex. : dépôt de carte d’identité, prix des services, besoin d’une carte médicale…).

Possible relais entre professionnels : envoyer un fax, laisser un message, accompagner l’usager lors du premier rendez-vous.

Nos rencontres mensuelles à Bruxelles sont ouvertes à celles et ceux qui se sentent concernés par ce combat collectif et souhaitent relever les incohérences des lois ainsi que les infractions commises par des administrations communales ou par des propriétaires. Rencontre tous les 1ers jeudi du mois à 10h30 à la rue Royale 123 (entre le Botanique et la Colonne du Congrès).

2 reflexions sur “Front Commun des SDF

  1. Guiot

    On peut estimer à +-15 000 immeubles inoccupés à Bruxelles
    La loi Onkelinx : réquisition des logements vides depuis plus de six mois afin de le mettre à la disposition des personnes sans-abri. L’Arrêté Royal du 6 décembre 1993 a permis l’application de la loi. La lutte contre les logements vides peut être menée efficacement par les communes et les autres opérateurs publics. Mais toutes sortes de raisons légitimes ou non, notamment administratives. Et si le propriétaire reste domicilié dans les lieux, le bien ne pourra pas être réputé vide. Il en est de même si le propriétaire sait justifier l’état d’abandon par sa situation ou celle de son locataire. Sans compter le laissé aller délibéré de la part des commune, j’en veux pour exemple les hôpitaux d’Etterbeek Ixelles, laisser à l’abandon depuis plus de 10 ans. Pourtant, les infrastructures (chambres, sanitaires cuisines… y existent déjà, il suffirait d’effectuer quelques travaux pour la mise en conformité de la sécurité et l’endroit pourrai être utilisé pour y accueillir des sans abris, même avec assistance médicale à proximité. MAIS, la commune compte vendre le terrain au plus offrant en laissant les immeubles se dégrader pour y bâtir du logement de luxe ou de bureaux ! Il faut aussi mentionner l’avis négatif d’une telle affectation par les riverains qui craignent les dégradations de la tranquillité et la dévaluation de leurs biens immobiliers !

    Et que dire de l’immeuble de l’institut pasteur laisser à l’abandon depuis 46 ans et ayant coûté 12 million d’euros en 1991. Ce bâtiment est chauffer en permanence, pour cette fois, éviter la dégradation par l’humidité car plusieurs projets ont déjà fait l’objet de discutions inabouties pour son utilisation ! En attendant, combien de sans abri auraient pu y loger à l’abri et au chaud ! A quand les bonne réhabilitations des travaux inutiles !

  2. Alain le NO-made

    Depuis que j’ai ( abouti ? ) à la RUE, pour la 3ième fois IN-volairement – en y été allé VOLONTAIREMENT également à 3 reprises – « LUXE » – et, sans doute, comme le l’ont signifiés d’anciens ( amis ? ) : parce que je dé-range de TROP certaines MAUVAISES consciences ( malgré être un ANCIEN & VIEUX Travailleur Social au sens LARGE du terme ) : même sur le PSEUDO social ( qui me fait HONTE depuis au moins 10 ans ! ) : je NE peux plus compter que sur du ( logement ? ) en hôtel ! > 4 REFUS d’aide de CPAS ! > ( Défenseur ) m’ayant signifié – pour débuter – que j’avais un dossier en OR pour me présenter devant le Tribunal du Travail, par la suite, dès date précisée par ce dernier ( 15/10/2012 ) mon dossier seRAIT devenu de l’ORDURE ( OR DUR ? ) ! > Je me demande sur qui encore compter, malgré être en relation assez étroite avec bien des organisations ( Sociales ? ) SUBSIDIEE surtout ?
    Pourrais-je mieux me faire défendre par VOUS ?
    MERCI d’avance pour votre réponse. Qu’elle soit positive ou non !

    P.S.- Je loge dans un hôtel depuis au MINIMUM avril 2011 ( sans compter les nuits où je ne su dormir au SAMU ! ) ! > La petite pomme pour la ( soif ? ) que j’avais placé en Epargne pour ma pension est devenue…PEAU de CHAGRIN ! > 900 € > hôtel/mois ( + autres FRAIS ) 1.100 € de pension ! Ce type de ( démocratie ? ) m’OBLIGERA t’elle a devenir un « papi » vendeur de drogue ! ( ? )

    @lain le NO-made

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *